Blog

1660

La chemise à la fin du XVIIe siècle

Il me faut donc une nouvelle chemise pour ma future tenue fin XVIIe que je porterai à Vaux, nouvelle parce que la première que j’ai fait était un peu courte, le tissus manquait un peu de souplesse et surtout je vais la prêter à ma belle-sœur. La deuxième chemise évidemment ne va pas, elle est XVIIIe. Et puis j’avais une envie de luxe alors j’ai commandé de la mousseline de soie blanche sur le site les coupons de Saint-Pierre, je ne sais pas si c’était utilisé à l’époque, peut être trop fin et fragile pour un sous-vêtement ou éventuellement pour quelqu’un de très riche pouvant se permettre une chemise à « usage unique ». En parlant de l’hygiène pendant ces époques, je vous conseille de lire ceci, d’ailleurs je vous conseille de lire tout le blog il est vraiment intéressant, son auteur tord le cou à pas mal d’idées reçues. Bref pour ma chemise je voulais quelque chose d’aérien, transparent avec un beau tombé comme sur les tableaux et cette mousseline de soie était pile ce qu’il me fallait.

Mais maintenant que j’ai cette soie entre les mains il s’agirait de ne pas la gâcher. Alors quelle forme lui donner précisément ? Le patron en lui-même est assez simple : des rectangles ! Mais l’encolure est-elle ovale, ronde, carrée pour s’adapter aux nouveaux décolletés ? Porte t-on toujours une bordure de dentelle ou de mousseline au col et aux manches ? Qu’elle est la longueur idéale ? L’encolure a t-elle une coulisse pour la resserrer ? Que de questions !

Je me suis donc préparé des détails de tableaux à ranger par ordre chronologique pour voir ce qu’il s’en dégage. (cliquez sur les images pour voir en plus grand, obtenir des informations sur les tableaux et les faire défiler)

1660 - Portrait d'une dame qui pourrait être Marie de Sévigné c. 1670 - Princesse des Ursins, Anne Marie de La Tremoille 1675 - Nell Gwyn by Sir Peter Lely
1660                             1670                            circa 1670                      1675

vers 1678 - Madame de Montespan, entourée des enfants 1678 - Femme à sa toilette par Frans van Mieris 1679 - Elizabeth Murray, Duchess of Lauderdale by Benedetto Gennari c1680 - Eleanor "Nell" Gwyn (1650 - 1687)
circa 1678                         1678                                 1679                          circa 1680

vers 1680-5 -  Eleanor (‘Nell’) Gwyn, Simon Verelst 1682-3 - Mme. Diane Gabrielle par Mignard 1684 - Louise de Keroualle par Godfrey Kneller 1685 - Katherine Sedley by school of Sir Godfrey Kneller
circa 1680-85                  circa 1682-3                          1684                         1685

circa 1688- Marie -Thérèse de Bourbon par Mignard c.1688-90 - Lady undressing for the bath Portrait de femme vers 1680-1690 1690 - Mary II, femme du roi d'Angleterre William III par Jan van der Vaart
circa 1688            circa 1688-90                     vers 1680-1690                       1690

ca. 1690 - Françoise Marie de Bourbon par Pierre Gobert vers 1690 - French Noblewoman (possibly Louise de Kérouaille) by follower of Pierre Mignard 1691 - Anna Maria Luisa de Medici 1692
circa 1690                 circa 1690                        1691                                 1692

1693 1695 - Sarah, Duchess of Marlborough, Charles Jervas 1697 1697
1693                              1695                                     1697                            1697

1699 - portrait de Mme Roig en coiffe à la Fontange ca. 1699 - Portrait of Catherine Coustard with her daughter Léonor 1663-1735 - Portrait Of Henrietta Auverquerque, Countess Of Grantham circa 1700 - Eleanor James
1699                      circa 1699                        1663-1735                       circa 1700

vers 1700  - Portrait de femme ca 1705 - Sophia Albertine von Erbach, Herzogin von Sachsen-Hildburghausen 1708 - Electress Anna Maria Luisa de Medici by Jan Frans van Douven vers 1710 - Angela Maria Lercari Italie, Baltimore, Musée d’Art.
circa 1700                        circa 1705                      1708                           circa 1710

1711-1712 - Portrait of Marie Adélaïde of Savoy, Duchess of Burgundy Circa 1725 - Portrait dit d’Adrienne Lecouvreur,  Nicolas Colombel Femme à sa toilette à la fin du XVIIe siècle Femme portant une coiffure à la Fontanges - années 1690
1711-1712                     circa 1725                   fin XVIIe                          fin XVIIe

Quelques tableaux dont je n’ai pas les dates exactes mais sur lesquels la chemise est bien visible
Athénais de Montespan Madame de Montespan par Pierre Mignard Nell Gwynne (1650–1687) by Mary Beale Marie Anne Mancini par Mignard
Claude de vin des Oeillets Elizabeth Charlotte, Duchesse d'Orléans Circle of Sir Peter Lely Portrait of a lady wearing a blue dress and pearls Marie de Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné (1626-1696)

Mes conclusions : 2 styles de décolleté ont l’air de cohabiter sur la 2e moitié du XVIIe siècle et début XVIIIe, un ovale large découvrant les épaules et un ovale un peu moins large avec une fente sur le devant. La fente peut parfois se fermer avec un lien à pompons, un ruban…

La chemise est tellement large qu’elle ne tient pas seule et doit être maintenue par le vêtement de dessus, j’ai remarqué la présence d’une coulisse sur un seul tableau, représentant Nell Gwynn.

Le bord est fini parfois avec une simple bande fine du même tissu que la chemise, parfois avec un volant de même tissus ou de dentelle. Dans le cas d’une fente le volant borde également celle-ci, afin de pouvoir orner l’avant de certaines robes fermées par des agrafes.

Je pense que l’ampleur de la chemise permettait de l’adapter à plusieurs formes de décolleté selon la tenue, il suffisait de faire dépasser (ou non) le volant à l’endroit voulu.

Les manches sont très larges et maintenues à hauteur du coude par un ou des bracelets (ruban, perles..) ce qui les rend bouffantes. Elles sont ornées de la même manière que le décolleté (1 ou 2 volants, dentelle…).

Les chemises portées avec une mantua ont des volants de manches asymétriques, plus longues à l’extérieur du coude qu’à l’intérieur, ce qui perdurera au XVIIIe siècle avec les robes à la française. (Depuis quand ces volants sont amovibles ?)
Pour la longueur de la chemise, là j’ai fait chou blanc. Je n’ai pas trouvé (ça ne veut pas dire que ça n’existe pas) de tableau ou gravure où l’on verrait le bas de la chemise. Je suppose qu’elle doit arriver aux genoux.

Ce ne sont sont que mes suppositions à force de regarder des tableaux de l’époque (par exemple sur Pinterest), j’ai trouvé très peu d’infos sur le net sur les chemises en tant que sous-vêtement en général et encore moins au XVIIe.
Pour finir voici la version de The Aristocat pour du 1660 (http://the-aristocat.livejournal.com/52946.html)

the aristocat 1660

Si vous avez des informations à ajouter ou des liens ou référence de livres n’hésitez pas à laisser un commentaire ^^

Soyez le premier à publier un commentaire.

Choississez l'article à afficher parmi les 10 derniers de votre blog.